Pourquoi j’écris ?

J’ai vu passer en cette fin de journée un post de la part de la page facebook du NaNoWriMo qui concerne le « National Day of Writing », qui pose au final la question très simple : Why do you write ?

C’est une question qui n’est pas primordiale, dans le sens où j’imagine que l’on peut écrire sans vraiment se demander pourquoi. En revanche, je trouve que l’exercice d’introspection induit par cette question est un excellent moyen de comprendre davantage le lien à l’écriture !

Personnellement, je n’ai jamais écrit des kilomètres d’histoires, car la narration est un exercice qui m’a longtemps fait peur. J’apprivoise petit à petit cette partie de la création, pour l’instant avec un œil technique car j’ai tendance à vouloir comprendre les choses avant de les appliquer, mais je commence à découvrir ce qui se cache sous ces phrases en apparence anodines mais qui en réalité portent des détails et une puissance tout à fait surprenant•e•s.

Ce qui me passionne depuis une bonne décennie maintenant, c’est inventer :

  • inventer un univers et chercher à définir les règles qui le régissent, en veillant à ce qu’elles soient cohérentes
  • inventer des situations, des personnages, imaginer leurs réactions
  • inventer des façons de payer le prix de la magie (une obsession pendant un an ou deux à l’époque !)
  • s’amuser à faire des fusions entre différentes œuvres connues et imaginer ce que cela pourrait donner

Le plaisir vient ensuite lorsque les personnages, les situations, la magie, cohabitent dans un même univers, lorsque tout se lie et interagit. Un palier a été atteint, l’intérêt retombe de quelques niveaux. Quelques mois passent, les notes sont dans un tiroir et mon inconscient continue à mouliner de temps en temps, c’est une phase d’absorption, d’inspiration. Vient alors la phase d’expiration, au cours de laquelle les notes précédentes sortent de leur tiroir, et l’univers, ses personnages et ses petits bouts de scènes se déconstruisent pour mieux se mêler. Un monde est né, parfaitement cohérent, homogène. Des peuples, des règles, des paysages, des scènes sont là, implantés.

Le puzzle continue à se mettre en place et certains personnages commencent à tirer leur épingle du jeu. Leurs traits se définissent davantage que les autres personnages, ils semblent sortir du brouillard. Ces personnages se retrouvent dans des situations spécifiques, et c’est ainsi que naissent les histoires. Des embryons d’histoires qui ne demandent qu’à se développer.

C’est une phase magnifique, enthousiasmante, presque orgasmique. Le monde se met en branle, il semble s’animer sous sa propre impulsion. Des liens logiques se font, les idées apparaissent aux moments les plus inattendus.

Les épiphanies, prises de conscience qui apparaissent comme des moments lumineux (EURÊKA !) sont délicieuses et j’ai très souvent le sentiment que ce monde et ce qui s’y déroule existent déjà depuis longtemps quelque part, et que chaque fois que je m’y plonge c’est comme si je l’explorais petit à petit, fragment après fragment.

C’est donc avec plaisir que j’invente toutes ces choses, et chaque phase au cours de laquelle je continue à développer les choses apporte son lot de précisions. Ce monde est chaque fois un peu plus concret, c’est ce qui rend la démarche passionnante.

Ce sur quoi je travaille en ce moment, c’est justement la démarche de narration. J’ai beau avoir des kilomètres de notes qui détaillent précisément un monde et les histoires qui s’y déroulent, en l’état je ne peux pas le partager avec les gens que j’aime. Il me faut donc choisir un angle, un point de vue, et travailler mes compétences de narration.

C’est la raison pour laquelle je me lance en novembre dans le challenge du NaNoWriMo !

C’est pour toutes ces sensations que j’écris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s